observatoire des sondages

Réforme des sondages : une relance

lundi 19 octobre 2015

La polémique née de la publication d’un sondage Ifop-JDD plus que favorable à Marine Le Pen, mais surtout plus que contestable dans la méthode et le commentaire [1], a rappelé s’il en était besoin que les sondages allaient être au coeur de la prochaine campagne présidentielle, ou plutôt des campagnes puisqu’il y aura une ou des primaires et la campagne proprement dite.

Va-t-on encore longtemps se disputer sur fond de sondages mal faits ou faits pour emporter la décision ? A priori oui, puisque la législation qui avait permis les coups fourrés de la précédente élection présidentielle n’a pas changé. Se souvient-on encore de la vraie fausse nouvelle du croisement des courbes, lancé sur la foi d’un sondage Ifop, ou plus exactement une vague du baromètre Ifop commencée comme par hasard à la minute même où se terminait le meeting de lancement de la campagne de Nicolas Sarkozy [2]. Cette fois, les sondeurs oubliaient le « degré de latence » dont ils font état quand il s’agit de montrer qu’un événement n’a pas d’effet sur l’opinion mais n’oubliaient pas le discret « adage » qui veut qu’une inversion de l’avantage à proximité du scrutin soit définitive. Ils se sont trompés parce que la manœuvre a été éventée. En partie au moins. Il ne fait aucun doute que la tentation sera trop forte pour éviter de recommencer quitte à inventer de nouveaux coups fourrés. Ne peut-on l’éviter ?

On se souvient qu’une commission d’enquête sénatoriale présidée par les sénateurs Sueur (PS) et Portelli (UMP) avait proposé une réforme des sondages qui avait obtenu le 14 février 2011 l’unanimité du vote sénatorial avant d’être recalée devant la commission parlementaire. Son rapporteur à l’Assemblée Nationale le député Etienne Blanc, aussi incompétent qu’obéissant aux ordres supérieurs, l’avait fait capoter. Les sondeurs étaient montés au créneau pour contester cette proposition de loi avec un argument cocasse - la loi leur était devenue excellente - et étaient intervenus auprès des députés de tous les partis. Et auprès de l’Elysée. Le veto de Nicolas Sarkozy scella l’échec. Sachant aujourd’hui quel rapport étroit, instrumental et quasi magique, l’ancien Président entretenait avec les sondages et ses gourous en communication, on n’est rétrospectivement pas étonné. Il n’est plus président de la République.

C’est l’occasion de reprendre la réforme déjà rédigée en y ajoutant une mesure pour interdire au monde des affaires de financer des sondages électoraux, ce qui revient à un financement politique illicite. Le Président François Hollande n’y opposerait sans doute pas son veto comme son prédécesseur. Sans doute la réforme aurait-elle dû être faite plus tôt. On peut en effet attendre des objections sur le calendrier parlementaire. Même si la réforme est déjà pensée et rédigée. Ces objections ne tromperaient personne tant les délais sont les mêmes que précédemment. Et si rien n’est fait, comment pourra-t-on en justifier quand les polémiques feront rage ?

Lire aussi

  • Commission des sondages : appel à candidatures

    21 mars 2015

    La commission des sondages est, en vertu de la loi de 1977, composée essentiellement de magistrats professionnels, membres du Conseil d’État, de la Cour de cassation et de la Cour des comptes. En (...)

  • Sondages : la réforme enterrée

    14 avril 2014

    Se souvient-on encore de la proposition de loi Portelli-Sueur votée à l’unanimité par le Sénat en février 2011 et bloquée à l’Assemblée nationale par le veto de Nicolas Sarkozy ? Depuis lors, un autre (...)

  • La réforme avortée

    4 novembre 2013

    La réforme avortée de la législation sur les sondages est devenue une réforme impossible. A supposer qu’ils le veuillent, les dirigeants ne peuvent plus changer la législation. Impopulaires, on les (...)