observatoire des sondages

Sondages sur-mesure : le cas Macron

mercredi 5 octobre 2016

Il est des cas, rares il est vrai, où la démonstration d’un lien de causalité direct entre les résultats des sondages et les affinités politiques et idéologiques de leurs commanditaires et acheteurs n’est pas à faire, notamment quand elle est apportée par ces derniers eux-mêmes.

La critique des sondages n’est pas une sinécure. Toute aide est bonne à prendre, même involontaire comme ici sans doute, celle des soutiens de l’ancien ministre de l’Economie Emmanuel Macron : le groupe de presse Altice media group (qui possède notamment Libération et L’Express) et le sondeur Viavoice.

 [1]


[1cf. A propos de la popularité d’Emmanuel Macron cf. Le matraquage Macron ou les ressorts de la popularité

Lire aussi

  • Macron : comment les sondages créent l’impopularité

    1er septembre 2017

    Rentrée politique répétitive envahie par les sondages à la faveur d’un « événement » qu’ils ont produit : Emmanuel Macron est impopulaire... déjà.
    « 57% de Français mécontents » pour l’Ifop et le Jdd qui (...)

  • « Des réformes... et vite » : quand la réponse est dans la question

    18 octobre 2016

    Huit Français sur dix (81%) se disent favorables à la tenue de référendums sur de grandes réformes lors des trois premiers mois suivant l’élection présidentielle de 2017, selon un sondage Ifop pour le (...)

  • Avoir confiance dans des mis en examen ?

    30 août 2016

    Selon Ipsos la confiance des « sympathisants » LR à l’égard de Nicolas Sarkozy aurait reculé de 13 points (55% d’opinions favorables) entre juin et août 2016 (Ipsos-Le Point, 22 août 2016) .
    L’ancien (...)