observatoire des sondages

Malfaçon : l’Ifop et Le Figaro montrent l’exemple

mercredi 19 octobre 2016

Dimanche 16 octobre Le Figaro annonçait fièrement en « avant-première » les résultats d’un sondage Ifop à paraitre le lendemain : « Les Français plébiscitent les réformes ». Il s’agissait avant tout d’un push poll destiné à promouvoir quelques préoccupations politiques de son commanditaire, le think tank de droite Synopia (cf. « Des réformes... et vite » : quand la réponse est dans la question).

Aucune précision n’était apportée quant aux contenus des réformes que les Français étaient censés plébiscités...un comble. Tout juste « apprenait »-on qu’ils approuvaient à 81% le recours au référendum par le futur président de la République pour les adopter rapidement. Aucune, vraiment ? En fait si, mais 5 mois plus tôt.

Un sondage Ifop pour Atlantico (le commanditaire officiel) [1] publié le 23 mai 2016 à propos des réformes envisagées par les candidats à la primaire de la droite posait la question aux internautes [2]. Les résultats indiquaient une hostilité à 3 des 4 mesures soumises à leur jugement. La quatrième proposant sans plus de détail la réduction du nombre des députés et sénateurs et la suppression du poste de Premier ministre. Ils figurent remarquablement en rappel de ceux du sondage Ifop-Synopia (cf. ci-dessous l’annexe à la notice détaillée du sondage) [3].

Des chiffres sans doute très décevants pour les amateurs de réformes, celles que l’on peut supposer souhaitables pour Le Figaro Synopia. Autrement dit en toute logique il faudrait renoncer au référendum pour qu’un président élu et fort de la légitimité de son élection puisse imposer des réformes « impopulaires ». Quid alors des 81% ? Comprenne qui pourra. La confusion des esprits est à son comble pour sembler vouloir des référendums afin de réformer après avoir affirmé que les réformes étaient « impopulaires ».

Ceci expliquerait les acrobaties auxquelles se livre le sondeur de l’Ifop qui commente les résultats pour Le Figaro. A l’en croire le mot « réforme » doit s’entendre dans un sens libéral, celui porté par les candidats à la primaire de la droite.

- Jérôme Fourquet : « Le terme de réformes peut abriter plusieurs sens mais le plus classiquement partagé est celui des réformes économiques et sociales d’inspiration libérale (nombre de fonctionnaires, retraite, temps de travail…). C’est pourquoi il existe une forte prévalence à droite sur cette question », (Le Figaro, 16 octobre 2016).

Il est vrai que l’impopularité des réformes et les résultats du sondage du 23 mai ont pu être « oubliés »... par Jérôme Fourquet du moins. Une mémoire défaillante reste toujours utile quand il s’agit de faire dire à des sondés ce qu’ils ne disent pas, voire l’inverse de ce qu’ils disent.

Que ne ferait pas un marchand pour faire plaisir à son client ? Quoi qu’il en soit, bel exemple de la rigueur et de la probité des sondeurs.

PS (25 octobre 2016) : la commission des sondages a-t-elle eu vent de nos critiques ? Elle a fini par publier sur son site la notice détaillée du sondage Synopia...il ne « manque plus » que celle du sondage d’Atlantico.


[1On sait qu’en règle générale la presse ne paie pas les sondages qu’elle publie.

[2A noter que les notices détaillées des deux sondages ne sont à ce jour toujours pas disponibles sur le site de la commission, ce en contravention avec la loi d’avril 2016 puisqu’ils concernent un scrutin électoral.

[3Publiée à part sur le site de l’Ifop juste en dessous de la notice détaillée proprement dite.

Lire aussi

  • « Sondages de merde »

    5 février 2017

    Le dessinateur Plantu a érigé un cri d’humeur en leitmotiv de première page du quotidien Le Monde. Les caricaturistes ont de la chance qui n’ont pas besoin de démontrer pour emporter la conviction. On (...)

  • Valls favori, déjà ?

    5 décembre 2016

    Manuel Valls n’était pas encore candidat à l’élection présidentielle qu’un sondage (Ifop-Journal du dimanche, 4 décembre 2016) annonçait qu’il était favori de la primaire socialiste. Devant Arnaud (...)

  • Le doigt mouillé “nouvelle formule”

    28 novembre 2016

    Le fiasco sondagier du premier tour de la primaire de la droite a incité certains sondeurs à « l’innovation méthodologique » en vue du second tour. Une nouvelle formule si peu orthodoxe que la très (...)