observatoire des sondages

Sondages électoraux : la prime au sortant

mercredi 21 avril 2010

La candidature de Nicolas Sarkozy en 2012 est souhaitée par 51 % des personnes se déclarant sympathisantes de l’UMP (Ifop-JDD, 17/04/2010). Loin devant Dominique de Villepin, Alain Juppé ou François Fillon commente le quotidien. Effectué aussi longtemps avant l’échéance électorale, un tel score (obtenu à partir d’une question ouverte), n’a aucune signification tant les sondés mêlent le président et l’éventuel candidat. Comme on l’a vu pour tous les sortants depuis Valéry Giscard d’Estaing avant 1981, la situation change très vite quand le président est de moins en moins perçu comme président et de plus en plus comme un candidat ordinaire ou presque. S’il y a étonnement sur le score, c’est bien qu’il soit si faible pour « l’ensemble des Français » qui ne sont que 20% selon l’Ifop à souhaiter une nouvelle candidature de Nicolas Sarkozy. Mais pour le moment, les intéressés pensent d’abord aux primaires auxquelles participent tous les sondages sur 2012.

Lire aussi

  • Comment les sondages ont fait le deuxième tour

    9 mai 2012

    On ne pourra pas éviter la question des effets des sondages sur le résultat de l’élection présidentielle de 2012. Proposition de logique : si les sondages ont des effets, il faut qu’ils se trompent (...)

  • Présidentielle : il pleut des sondages

    11 janvier 2012

    Après l’Ifop et le journal du dimanche (8 janvier 2012), c’est au tour de BVA et du Parisien de publier leur premier sondage d’intention de vote de l’année à la présidentielle de 2012. Seul le mode (...)

  • Les sondages en ligne sur l’élection présidentielle

    8 janvier 2012

    Ca y est ! Jusqu’alors, les « instituts » de sondages sérieux ne faisaient des sondages en ligne que pour leurs études de marché et les campagnes publicitaires. Ils laissaient les sondages en ligne aux « (...)