observatoire des sondages

« Aucune valeur scientifique », les remords du Monde

mercredi 6 mars 2024

Il n’a fallu que vingt-quatre heures au Monde et à son correspondant à Washington pour revenir lors d’un « tchat » avec les lecteurs sur la sentence n’accordant aucune valeur scientifique aux sondages américains notamment ceux donnant D. Trump vainqueur à la présidentielle de novembre 2024 (cf. Élections US : une fausse information est-elle une information ?). Une quasi volte-face sans surprise comme nous le laissions entendre.

Les mots choisis ont-ils été jugés trop forts par le journaliste ? C’est probable. C’était pourtant simple à comprendre et à dire : que les éléments constitutifs de ces sondages d’intentions de vote respectent ou non une méthodologie rigoureuse importe peu. Qu’ils soient réalisés à une échéance aussi lointaine suffit à en faire de fausses informations. Point. La prudence, la méfiance même du journaliste à leur évocation (cf. l’extrait en note [1]) reste de fait une figure rhétorique. « La crédibilité variable » dont il parle est une précaution fallacieuse, confirmée par sa conclusion : « En conclusion, méfiance à ce stade ! Il faut surtout surveiller les dynamiques, plus que les chiffres, et les stratégies suivies  ». Parole de sondeurs au mot près, même américains. Que des chiffres « bidon » puissent fournir des informations pertinentes sur les dynamiques (mot fétiche des doxosophes pour ne rien dire), ne trouble pas une seconde ce « critique » faussement prudent.

Plantu n’est plus le dessinateur-caricaturiste en chef du quotidien mais on peut raisonnablement imaginer ce qu’il en penserait.

JPEG - 92 ko

Mesdames et messieurs les journalistes dans d’autres domaines pourtant vous n’en manquez pas : un peu de courage.


[1En-direct-super-tuesday (Le Monde 5, mars 2024)
- Bonjour Les places de Joe Biden et Donald Trump semblent leur être promises à l’issue des primaires de leur parti respectif. Y a t-il des sondages ayant déjà été réalisés et montrant la position de l’un ou l’autre candidat dans le cœur des américains, au global ? Merci

- Piotr Smolar (Le Monde) Bonsoir Tomtom,
Vous soulignez à juste titre que Joe Biden et Donald Trump semblent s’avancer, sans encombre, vers un nouveau duel. Les sondages, on croule sous leur poids. C’est une véritable industrie, générant des revenus très importants. Ces derniers jours, plusieurs sondages ont dessiné un tableau inquiétant pour Joe Biden, donnant environ deux points d’avance à Trump.

Mais j’invite à la plus extrême prudence dans leur appréciation. D’abord, d’autres études montrent que Joe Biden serait légèrement en tête. Ensuite, la crédibilité des sondages est variable. Certains manquent de rigueur dans l’échantillon retenu et les questions posées. D’autres, en particulier dans le camp conservateur, ressemblent à de pures commandes politiques, aux résultats arrangés. Mais, surtout, il est trop tôt ! Nous sommes à huit mois de l’élection présidentielle. Les Américains ne sont pas encore entrés dans ce cycle politique. Ils ont d’autant moins d’appétit qu’une vaste et incontestable majorité ne veut pas d’un nouveau duel Biden/Trump ! Nous allons assister à une course longue, à handicap.

Une autre raison pour laquelle il faut se montrer prudent, par rapport aux sondages, est l’expérience récente. On nous annonçait une vague rouge déferlant sur le Congrès, à l’occasion des élections de mi-mandat, en novembre 2022. La vague fut une vaguelette à la Chambre des représentants, où les républicains parvinrent à reprendre une courte majorité. Mais au Sénat, les démocrates ont conforté leur domination.

Tout le calcul du camp Biden repose sur cette expérience. Quels furent les deux ressorts majeurs de la mobilisation démocrate, lors de ce rendez-vous électoral de 2022 ? La démocratie en danger, avec des candidats MAGA [Make America Great Again] extrémistes investis dans certains Etats ; mais surtout, la décision de la Cour suprême, en juin 2022, de supprimer l’avortement comme droit pour toutes les femmes américaines, renvoyant la question aux Etats. Depuis, à chaque élection locale ou référendum, les républicains se font laminer sur l’avortement, qui provoque une vaste mobilisation chez les femmes et les jeunes, deux groupes dont Joe Biden aura grandement besoin en novembre. En conclusion, méfiance à ce stade ! Il faut surtout surveiller les dynamiques, plus que les chiffres, et les stratégies suivies.

Lire aussi

  • Poutine condamne le vote électronique

    16 mars 2024

    Le scrutin présidentiel russe a débuté vendredi 15 mars 2024. Il prendra fin dimanche 17 mars. V. Poutine président en exercice a appelé les Russes à se déplacer pour aller voter. Il a quant à lui, comme (...)

  • Élections US : une fausse information est-elle une information ?

    5 mars 2024

    Jamais trop tard pour comprendre ou du moins essayer ? De récents sondages donnant D. Trump vainqueur à la présidentielle américaine de novembre 2024 n’ont pas troublé outre mesure la rédaction du (...)

  • Fiasco sondagier : en Espagne aussi les traditions ont la vie dure

    27 juillet 2023

    La déroute des sondages électoraux en Espagne n’est pas la première. Ils annonçaient si nettement la victoire du Pari Populaire et de Vox que chacun a conclu sur la « surprise ». Les scores sont bien (...)