observatoire des sondages

« Qu’ils s’en aillent tous », sondeurs compris ?

mercredi 18 avril 2018

Les années passent et rien ne semble vouloir enrayer la méfiance voire le rejet que suscitent les professionnels de la politique, ceux qui en vivent, au premier rang desquels figure bien sûr les politiques, mais aussi, juste derrière eux, les journalistes, même si tous ne s’occupent pas de politique. Un phénomène que déplorent, on peut le comprendre, les principaux intéressés agitant non sans quelque raison les dangers du « tous pourris » qui ne tarde jamais à resurgir lorsque le désenchantement le dispute aux frustrations et au dégoût.

Une mise en garde sans grand effet et peu convaincante [1] puisque la méfiance continue à « bien se porter » . C’est du moins ce que les « mesures » des sondeurs indiquent depuis longtemps.

Mais quid des sondeurs ? Ne sont-ils pas devenus, depuis longtemps là encore, des professionnels de la politique que l’on retrouve souvent aux côtés des journalistes, quand ce n’est pas à leur place, pour commenter avec ou sans sondages, la vie politique française [2]. S’ils demeurent relativement discrets on sait également, car ils ne s’en cachent pas vraiment, qu’une partie de leurs activités réside dans les divers conseils prodigués aux politiques eux-mêmes. Il ne serait donc guère surprenant qu’ils soient logés à la même enseigne. Et pourtant la question a jusqu’à présent rarement été évoquée.

Claude Weill [3], omniprésent depuis de longues années sur les plateaux TV, a tenté d’éclaircir ce « mystère », lors de l’émission C dans l"air du 16 avril 2018 (France 5) consacrée en grande partie à la prestation des deux journalistes ayant interviewé la veille Emmanuel Macron (cf. sur ce point De « l’honneur » des pundits.). Une tentative que n’a guère goûté en dépit du sourire affiché le sondeur Brice Teinturier (Ipsos), lui aussi omniprésent de longue date dans les médias, pris manifestement au dépourvu par la remarque.

JPEG - 91.3 ko

- Claude Weill : « Emmanuel Macron a intégré le fait que Les journalistes ne sont pas aimés je pense que les Français pensent en effet à peu près autant de mal de nous collectivement, et même des sondeurs, que des politiques ».

- Brice Teinturier : « Ah ben non... » (à peine inaudible).

Pour les journalistes et les politiques Claude Weill fait allusion aux nombreux sondages sur le thème, comme le « baromètre annuel de la confiance » du Cevipof et d’OpinionWay. Mais pour les sondeurs difficile de trancher. Aucun sondeur ne s’est risqué à « mesurer » le niveau de détestation que susciterait la profession. Et si oui, aucun n’a jugé « utile » d’en publier les résultats. S’ils sont à la hauteur des humeurs exprimées à l’encontre des politiques et des journalistes, on peut le comprendre. Gageons toutefois que si de telles évaluations existaient et qu’elles avaient été un minimum flatteuses pour la profession elle s’en serait vantée.

Conclusion : si l’on retient l’hypothèse hautement vraisemblable d’absence de sondage, et a fortiori d’enquête sérieuse, sur la confiance dans les sondeurs, on serait tenté d’en déduire que la réponse de Brice Teinturier n’a aucun fondement. Ce serait oublié trop vite l’autre instrument de « mesure » utilisé régulièrement par toute la profession notamment pour les sondages d’intentions de vote : le doigt mouillé...


[1A l’image de la récente initiative un peu pathétique lancée à l’occasion des assises internationales du journalisme de Tours par France Télévision, Radio France et le Jdd. Cf. Biaisé mais bon pour le moral.

[2Pour un exemple récent cf. Bernard Sananès (Elabe) sur le plateau de BFMTV Sonder sans sondage ni doute.

[3ex-directeur de la rédaction du Nouvel observateur, actuellement éditorialiste à Var-Matin et Nice-Matin.

Lire aussi

  • Complotisme : fake news à la une (II)

    13 janvier 2018

    Ce qui apparaissait dès les premiers pas comme des malfaçons (cf. Complotisme : fake news à la une), communes à la production sondagière habituelle - un QCM, copié-collé des enquêtes de consommation sur (...)

  • La riposte des sondeurs

    19 avril 2017

    A l’approche du premier tour de l’élection présidentielle avec de telles incertitudes dans les sondages que les sondeurs ne sont plus sûrs de rien et suite à la diffusion dans Envoyé Spécial de « (...)

  • Misère de la politologie (suite... sans fin)

    20 mars 2017

    Le suivi de la campagne électorale par l’association Le Monde, Sciences-Po et Ipsos, a donné lieu à la publication d’une nouvelle vague de résultats d’intentions de vote où l’importance des indécis est (...)