observatoire des sondages

« Sacre d’opinion »

samedi 26 mars 2016

Il convient de féliciter le rédacteur de Viavoice pour sa découverte conceptuelle qui va, n’en doutons pas, révolutionner l’analyse sondagière : « sacre d’opinion ».

De quoi s’agit-il ? De dire qu’un candidat vient largement en tête des jugements sur la personnalité qui ferait un bon président de la République.

- "Turbulences de leaderships à gauche, "sacre d’opinion" en faveur d’Alain Juppé à droite" :
Concernant la capacité à être un "bon président de la République" à partir de 2017 :
- Alain Juppé apparaît nettement en tête (48 %, stable), devançant plus que jamais toutes les autres personnalités ;
- François Hollande et Manuel Valls ont des résultats en fort repli (-7 points chacun), dans le contexte notamment du projet de loi El Khomri et des mouvements sociaux ;
- Martine Aubry et Arnaud Montebourg
"...etc, (Viavoice, Libération, 25 mars 2016) [1].

Remarquons que le candidat Alain Juppé obtient le même score que le mois précédent... Faute de changement il faut bien trouver de nouvelles expressions pour tromper l’ennui. Un exercice semble-t-il difficile. En 2010 le même rédacteur s’esbaudissait (toujours dans Libération) en des termes quasi-identiques à l’endroit de Dominique Strauss-Kahn pressenti alors comme le futur président de la République :

- "Mais c’est avant tout un « sacre d’opinion remarquable » que retient François Miquet-Marty, directeur associé de Viavoice. Atteignant presque son record de popularité de janvier (62%), DSK recueille 61% d’opinions positives, en hausse de 5 points sur novembre. Il surclasse de 9 points le second de cette liste des personnalités de gauche, le maire (PS) de Paris, Bertrand Delanoë (52%)",(Libération, 15 décembre 2010).

On imagine qu’Alain Juppé n’a pas été gratifié de "remarquable" parce que son score est inférieur à 50%. On sait ce qu’il est advenu du "sacre" de DSK, remplacé "mécaniquement" après ses turpitudes américaines par François Hollande dans le coeur des sondeurs. En quelques semaines ce dernier a "confirmé sa prééminence d’opinion" (Viavoice, Libération, 3 octobre 2011) [2]. Il n’a pas fallu attendre très longtemps là aussi pour prendre la teneur de cette "prééminence d’opinion". Avant la Révolution Française le sacre des rois de France avait quand même plus d’allure.

Lire aussi

  • Un mandat sous de mauvais auspices

    27 mai 2022

    A peine formé le premier gouvernement d’Emmanuel Macron a été accueilli par une première salve d’évaluations sondagières négatives. L’expression pour ceux qui ont voté pour ce dernier, du moins une partie, (...)

  • Le Monde diplomatique se convertit-il à la politologie ?

    11 mai 2022

    La victoire d’Emmanuel Macron a mis très en colère Le Monde diplomatique qui le dit haut et clair. Jusqu’à utiliser des arguments utilisés d’habitude par d’autres. A la une, un long éditorial (...)

  • Le secret sans secrets

    7 mai 2022

    Le Monde s’est mêlé de faire une enquête sur les sondages commandés par l’agence gouvernementale du SIG ou Service d’information du Gouvernement. Exploitant la brèche ouverte par Raymond Avrillier qui (...)