observatoire des sondages

Les sondages comme hystérisation de la politique française

lundi 8 mai 2017

Les estimations du second tour de la présidentielle donnant une large victoire à Emmanuel Macron étaient à peine tombées que déjà un sondeur nous annonçait que « 61% Français ne souhaitaient pas qu’Emmanuel Macron dispose d’une majorité absolue à l’Assemblé Nationale ».

Dimanche 7 mai 1017 (20 heures et quelques secondes) : la télévision publique et le sondeur Ipsos (dont le directeur délégué assure la soirée électorale du second tour) décident de faire l’impasse sur la prochaine campagne électorale des législatives qui auront lieu dans cinq semaines.

JPEG - 177.3 ko

Au cas où le message n’aurait pas été suffisamment clair la directrice générale adjointe de Ipsos repassait le lendemain matin (8 mai), sur le plateau de Télé Matin (France 2) pour réitérer cette prophétie aux allures de menace, mais avec le sourire...

JPEG - 106.6 ko


- « Mais il faut noter que 61% des Français ne souhaitent pas qu’Emmanuel Macron dispose d’une majorité absolue à l’Assemblée Nationale ».

Lire aussi

  • « Suppression polls » : D. Trump « affine » sa critique des sondages

    6 novembre 2020

    Dans son discours passablement confus du 5 novembre 2020 dénonçant les tentatives de vol de « sa » victoire le président des Etats-Unis s’en est pris à nouveau aux sondages.
    Une charge qui n’est pas (...)

  • La musique des sondages

    26 octobre 2020

    Comme d’habitude, les élections présidentielles aux Etats-Unis suscitent leur flot continu de sondages. On a donc tendance à ne point y prêter garde. Et ne même plus trouver de raison d’en sourire. Il (...)

  • Election au PS : de la fabrique ordinaire d’une fake news en politique

    16 mars 2018

    « Le parti socialiste est mort » . Le premier tour de scrutin de l’élection au poste de Premier secrétaire du PS a offert à l’un des artisans de ce « décès » l’opportunité de réitérer son annonce funèbre. (...)