observatoire des sondages

Les sondages comme hystérisation de la politique française

lundi 8 mai 2017

Les estimations du second tour de la présidentielle donnant une large victoire à Emmanuel Macron étaient à peine tombées que déjà un sondeur nous annonçait que « 61% Français ne souhaitaient pas qu’Emmanuel Macron dispose d’une majorité absolue à l’Assemblé Nationale ».

Dimanche 7 mai 1017 (20 heures et quelques secondes) : la télévision publique et le sondeur Ipsos (dont le directeur délégué assure la soirée électorale du second tour) décident de faire l’impasse sur la prochaine campagne électorale des législatives qui auront lieu dans cinq semaines.

JPEG - 177.3 ko

Au cas où le message n’aurait pas été suffisamment clair la directrice générale adjointe de Ipsos repassait le lendemain matin (8 mai), sur le plateau de Télé Matin (France 2) pour réitérer cette prophétie aux allures de menace, mais avec le sourire...

JPEG - 106.6 ko


- « Mais il faut noter que 61% des Français ne souhaitent pas qu’Emmanuel Macron dispose d’une majorité absolue à l’Assemblée Nationale ».

Lire aussi

  • Changer d’opinion d’un tour à l’autre ?

    17 juin 2017

    Et si les électeurs changeaient finalement d’avis s’interrogent quelques médias devant un sondage Elabe-BFM TV sur le second tour des élections législatives du 18 juin 2017.
    Selon ce sondage (publié le (...)

  • Campagne et pollution : le « petit jeu » des hypothèses impossibles

    10 avril 2017

    A peine la campagne électorale officielle est-elle ouverte qu’une nouvelle rumeur, colportée par Kantar-Sofres, Onepoint (une société de conseils), LCI, Le Figaro et RTL, vient enrichir le bruit (...)

  • Le « Poll Telling » ou le sondage comme récit

    3 mars 2017

    En quelques jours les sondages ont réussi à enrichir l’élection présidentielle d’un nouveau récit, après plusieurs coups de théâtre (en 3 actes) comme eux seuls savent les mettre en scène : l’entrée en (...)