observatoire des sondages

Quand les politiques se servent de la critique des sondages

lundi 10 octobre 2016

C’est un phénomène bien connu la critique des sondages ne vient à l’esprit des politiques, la plupart du temps, que lorsque les résultats ne leur plaisent pas (cf. Primaire à droite : un candidat s’essaie à la critique des sondages). Ce qui ne les empêche pas de se « renseigner » même si l’on peut douter de la sincérité de leur démarche et des effets à long terme de leur volonté opportune d’en savoir (un peu) plus. En politique c’est de « bonne guerre » (cf. La lettre de Ségolène Royal : manipulation des sondages (suites).

- « Les sondages se sont toujours trompés, en Colombie, en Angleterre, en Israël. Je pense que le vote caché est plus sur moi que sur Marine Le Pen. » Nicolas Sarkozy, JDD, 9 octobre 2016)

Sur les « échecs des sondages » cf. par exemple sur notre site le mot clé « fausse nouvelle ».

- Sur le Royaume Uni et Israël cf. notamment Palmarès 2015 des fiascos sondagiers

- Sur la Colombie Cf. Election présidentielle en Colombie : Haro sur les entreprises de sondages

Sur le FN cf. entre autre Marine Le Pen au second tour : autopsie d’une désinformation

Lire aussi

  • Le « retour » des poncifs

    16 novembre 2016

    La défaite d’Hillary Clinton et par conséquent des sondeurs américains a contraint les sondeurs français à imaginer une nouvelle ligne de défense de leur profession : l’immunité. Le fiasco du 8 novembre (...)

  • La crise de foi de Nicolas Sarkozy

    10 octobre 2016

    Nicolas Sarkozy ne croit pas aux sondages et pour qu’on ne s’y trompe pas, il le dit tous les jours.
    Les journalistes l’y poussent en rappelant - pernicieusement ? - ses mauvais résultats. (...)

  • Avoir confiance dans des mis en examen ?

    30 août 2016

    Selon Ipsos la confiance des « sympathisants » LR à l’égard de Nicolas Sarkozy aurait reculé de 13 points (55% d’opinions favorables) entre juin et août 2016 (Ipsos-Le Point, 22 août 2016) .
    L’ancien (...)