observatoire des sondages

Estimations du 22 avril 2012 : la contre-performance

mardi 24 avril 2012

On sait les sondeurs très anxieux avant le premier tour d’une élection présidentielle. La contre-performance les menace. On l’a bien senti dans la dernière semaine de campagne quand leurs commentaires devenaient étrangement prudents, voire hésitants et disaient parfois l’un et son contraire. Ils avaient d’ailleurs fini par convaincre les journalistes – partage des risques oblige - qui s’inquiétaient de savoir si les sondages sur les intentions de vote étaient fiables. Honorable inquiétude si elle n’intervenait justement au moment où ils sont les plus fiables (à proximité du scrutin) mais guère lorsque les intentions de vote étaient largement artefactuelles à plusieurs mois du scrutin. Plus fiables que les sondages antérieurs, ils l’étaient mais de là à assurer qu’ils étaient fiables...

Les sondeurs ne peuvent donc éviter cette épreuve de fiabilité, la seule offerte en grandeur nature qui permet de comparer les résultats pour un échantillon représentatif et pour l’ensemble d’une population. Ils ont cependant une roue de secours avec les estimations. Depuis 1965, on les considérait très fiables : "une fois traités les résultats de 30 ou 40 bureaux, on se rend compte que l’estimation évolue peu" [1]. Effectuées par les « instituts » de sondages, elles étaient portées à leur crédit, bien que n’étant pas des sondages. Profitant ainsi d’une certaine confusion dans les esprits. On sait que les estimations sont effectuées sur des votes dépouillés et non sur des déclarations de sondés. Autrement dit, à partir des premiers dépouillements de bureaux de vote sélectionnés, on peut faire la projection du vote définitif [2]. Facile, croyait-on jusqu’au 22 avril 2012. Ce soir-là, les commentaires s’engagèrent sur des estimations que nul ne s’avisait de considérer avec prudence. Puis, en regardant les chiffres des différents sondeurs, il s’avérait que les estimations n’étaient pas les mêmes et bientôt que celles d’un même sondeur variaient : ainsi, le score de Marine Le Pen était-il d’abord situé à plus de 20 % avant de redescendre à moins de 18 % ; ainsi Nicolas Sarkozy dépassait-il seulement 25 % avant de finir deux points au-dessus. Trois points de moins, deux points de plus, cela peut changer beaucoup de choses en tout cas pour le moral des troupes. Dans une soirée électorale, cela ne va pas sans flou.

Estimations des entreprises de sondages à 20 heures [3]

TNS Sofres-Sopra Group-Tf1-Rtl
Harris
Interactive-M6
Ipsos-Logica-France TV-Radio-France-Le Monde
CSA-Canal+BFMTV-RMC-I>télé
Résultats définitifs
(ministère de l’Intérieur)

_
François Hollande
28,6 %
28,7%
28,4%
29,3%
28,63%
Nicolas

Sarkozy

27 %
26,9%
25,5%
26%
27,18%
Marine

Le Pen

19 %
18,5%
20%
18,2%
17,90%
Jean Luc

Mélenchon

10,8 %
11%
11,7%
11,1%
11,11%
François

Bayrou

8,9%
8,8%
8,5%
9,1%
9,13%
Eva

Joly

2,1%
2,2%
2%
2,2%
2,31%
Philippe

Poutou

1,2%
1,3%
1,2 %
1,2 %
1,15%
Nathalie

Arthaud

0,5%
0,6%
0,7%
0,7%
0,56%
Nicolas

Dupont Aignan

1,7%
1,7%
1,8%
1,9%
1,79%
Jacques

Cheminade

0,2%
0,3%
0,2 %
0,3 %
0,25%
Abstention
18,5%
20,6 %
19,7 %
20 %
20,5%

Or les estimations n’apportent strictement rien à la soirée électorale sinon de permettre de donner les résultats plus tôt au lieu d’attendre, « comme au bon vieux temps », l’arrivée des dépouillements qui permettaient des estimations sur le nombre de bulletins dépouillés. A mesure que la soirée avançait, on approchait de plus en plus près du résultat définitif mais il fallait attendre tard pour être sûr du résultat. Interminable suspense, sans doute. Insupportable même. Il faut aller plus vite aujourd’hui pour permettre enfin de commenter. Sauf si les estimations ne sont pas fiables et où l’on risque de parler en toute méconnaissance. Ainsi, non seulement les estimations ne servaient-elles qu’à la mise en scène du spectacle électoral mais en s’avérant incertaines, elles introduisent un suspenses artificiel. Or les nouvelles conditions de diffusion de l’information donnent les moyens de violer la loi interdisant de les diffuser avant la clôture du dernier bureau de vote à 20 heures. Les sondeurs se sont engagés à respecter cette clause mais il s’est avéré – doit-on dire bien sûr ? – que des indiscrétions ont permis à des sites étrangers de diffuser des estimations avant 20 heures. Une enquête est en cours.

Il est très facile de changer les choses dans un avenir proche : soit interdire les estimations qui supposent la coopération des présidents de bureaux de vote ; soit aligner les fermetures de bureaux de vote en métropole. Il faudra simplement attendre un peu plus dans la soirée électorale. Peut-être une manière de ramener un peu de vrai suspense, celui qui serait suscité par l’incertitude d’un dépouillement progressif et non les erreurs ou hésitations des estimations.


[1Jean-François Doridot (Ipsos), France Télévision, 22 avril 2012.

[2« Une estimation est-elle fiable ? Oui, à quelques dixièmes de point près... » Ilan Caro (France Télévision), 22 avril 2012". Cette affirmation concerne des estimations de second tour.

[3Les estimations évoluent, certes, au fur et à mesure de l’avancée des opérations de dépouillement des bulletins de vote. A 22 heures 30, l’estimation de Harris interactive, par exemple, portait le score de François Hollande à 29% et celui de Marine Le Pen à 17,7%.

Lire aussi

  • Bilan de la campagne présidentielle de 2012

    17 novembre 2012

    L’impression a été confirmée par le rapport de la commission des sondages d’octobre 2012 : l’élection présidentielle a donné lieu à plus de sondages (409) que les précédentes. 1995200220072012 157 193 293 (...)

  • Présidentielle 2012 : premiers « résultats »

    20 avril 2012

    Une polémique est née en cette fin de campagne électorale sur la publication de « résultats » avant la fermeture des derniers bureaux de vote. Publication interdite par la loi. Des médias annoncent (...)

  • Présidentielle 2012 : le feuilleton sondagier Ipsos-Le Monde

    23 novembre 2011

    Le Monde a publié le premier épisode d’un feuilleton sondagier sur l’élection présidentielle de 2012. Rien de bien surprenant en somme dans une opération qui conjugue promotion médiatique, (...)