observatoire des sondages

Patrick Mennuci est donné gagnant au second tour de l’élection municipale de Marseille (par BVA, et 5 mois avant l’élection) face au maire au sortant, Jean Claude Gaudin (arrivé en tête au premier tour) avec 41% contre 40% et Stéphane Ravier du FN (19%) [1]. Devant un écart aussi faible il eut été raisonnable pour ne pas dire honnête de faire état de la marge d’incertitude, supérieure à 5 points (+ ou -) avec un échantillon très faible (612 personnes) [2].On ne trouve pas non plus de mention de la communication à la commission des sondages comme la loi y oblige.

Afin que nul ne se réjouisse ni ne désespère et puisque cela est déjà oublié, rappelons que les sondeurs avaient annoncé la défaite de M. Mennuci à la primaire socialiste qu’il a finalement gagnée (cf. Primaire socialiste à Marseille : encore raté).


[1Le Parisien, 18 novembre 2013.

[2A propos de la « marge d’erreur » des sondeurs cf. Retour sur les « marges d’incertitude » des sondages d’intention de vote de 2012.

Lire aussi

  • Tous trompés

    24 mars 2014

    Ordres « d’arrivées » divergents, écarts significatifs, candidatures sous ou surévaluées : il n’y a que l’embarras du choix.
    Paris [1] Listes soutenues par Anne Hidalgo (PS, PC, PRG)Listes soutenues par (...)

  • Marseille : un sondeur saisi par le doute

    11 mars 2014

    Les sondages d’intentions de vote sont censés gagner en plausibilité au fur et à mesure que la date de leur réalisation se rapproche de celle du scrutin. A Marseille, par exemple, le maire sortant (...)

  • Persévérance à Marseille

    3 février 2014

    Les critiques n’ont pas dissuadé les sondeurs de recommencer l’opération artificielle des sondages municipaux dans les villes à circonscriptions multiples. Il est vrai qu’on n’attendait rien. Quand on (...)