observatoire des sondages

Fillon ou anticipons l’opinion

lundi 6 février 2017

On devait s’y attendre. Ils l’ont fait. La contre-attaque de François Fillon devait forcément être accompagnée d’un sondage d’opinion attestant l’inflexion de l’opinion publique.

Il n’a même pas fallu deux jours pour que cela soit démontré.... Même pas quelques heures. Non avant même la riposte. On se souvient qu’en 2012, le meeting de Villepinte avait été accompagné d’un sondage truqué qui avait d’ailleurs valu un procès au directeur de l’Observatoire des sondages - que celui-ci avait gagné contre Fiducial, la même entreprise qui sponsorise le baromètre Ifop-Fiducial pour Paris Match, i>télé et Sud radio (Groupe Fiducial) initié mercredi 1er février 2017. (cf. ci-dessous).

Il est quelque chose de particulièrement déplaisant dans ces manipulations grossières, la répétition, le manque d’imagination d’initiateurs, politiciens, spin doctors et militants qui, disons-le tout de go, manifestent leur inculture. Certes, l’argent et la cupidité donnent des ailes. Faisons confiance toutefois à la lucidité des citoyens que ces gens prennent - à quel titre ? - pour des imbéciles ?

Lire aussi

  • Qu’est-ce que se tromper ?

    30 mars 2017

    Une page fort austère donne au Monde des allures de publication scientifique. Pas moins de neuf courbes d’intentions de vote pour autant d’élections présidentielles de la Cinquième République sont (...)

  • Fluidité, volatilité, à quoi ça sert ?

    4 février 2017

    Pour rendre compte des variations de leurs résultats et de leurs erreurs, les sondeurs n’ont plus assez de mots, volatilité, fluidité...
    Ils peuvent tenir en public des propos tels que ceux-ci : "On (...)

  • Primaire de la gauche : les sondeurs bien inspirés ?

    26 janvier 2017

    La primaire de la gauche a été délaissée par les sondeurs. Seuls BVA et OpinionWay se sont aventurés à publier une « enquête » d’intentions de vote 4 jours avant le 1er tour de scrutin (BVA-Salesforce pour (...)