observatoire des sondages

« Juppé-Sarkozy-Fillon : une finale à trois ». Comment Le Monde le sait-il ?

jeudi 17 novembre 2016

Ce sont bien entendu les 10 points supplémentaires d’intentions de vote dont Ipsos et le Cevipof créditent François Fillon par rapport au mois dernier qui justifient ce titre du journal Le Monde en date du 18 novembre 2016 [1]

Une augmentation brutale sans explication, mais pour des analystes un peu rigoureux une indication supplémentaire de la faible fiabilité des sondages, et singulièrement sur la primaire de droite. Le quotidien convertit donc un chiffre douteux en certitude factuelle sans le moindre scrupule : « On le sait d’expérience mais on l’oublie parfois : rien n’est joué ni acquis dans une campagne électorale, jusqu’au jour du scrutin », traduction : on peut dire le tout et son contraire jusqu’au jour du scrutin. Les fiascos sondagiers précédents, quelles que soient leur date (celui des sondeurs américains n’a pas une semaine) ne sont pas un problème puisque le journal n’a pas de mémoire.


[1Le titre de l’article publié sur le site du journal le 17 novembre est du même tonneau : « Primaire à droite : la percée de Fillon bouscule le duel Juppé-Sarkozy ».

Lire aussi

  • Bilan du 1er tour, pour mémoire

    24 avril 2017

    Bien que cela ne soit pas un enjeu réel, sauf pour les sondeurs bien qu’ils s’en défendent, car quelles qu’elles soient leurs « performances » en matière de sondages électoraux ne changent rien à (...)

  • Qu’est-ce que se tromper ?

    30 mars 2017

    Une page fort austère donne au Monde des allures de publication scientifique. Pas moins de neuf courbes d’intentions de vote pour autant d’élections présidentielles de la Cinquième République sont (...)

  • Fillon ou anticipons l’opinion

    6 février 2017

    On devait s’y attendre. Ils l’ont fait. La contre-attaque de François Fillon devait forcément être accompagnée d’un sondage d’opinion attestant l’inflexion de l’opinion publique.
    Il n’a même pas fallu (...)