observatoire des sondages

La double défaite des sondeurs américains

jeudi 17 novembre 2016

On connait la nature de leur première défaite : une erreur dans l’ordre d’arrivée. On n’imputera pas aux sondeurs l’entière responsabilité de cette bévue même si l’élection d’Hillary Clinton était pour eux certaine. Leur deuxième défaite est passée inaperçue. Elle repose sur leur recours massif comme conseillers en communication (activité très fréquente chez les sondeurs) pour organiser la campagne électorale de la candidate démocrate face à un concurrent aux méthodes moins rationnelles mais manifestement plus efficaces. Pour être plus précis c’est sur la foi de ces conseillers que la candidate convaincue de sa victoire n’a pas fait campagne dans les « Rustbelt States », en Français « ceinture de la rouille », Etats marqués par une forte désindustrialisation qui ont finalement donné la majorité à Donald Trump.

Lire aussi

  • Présidentielle chilienne : le vote troublé

    27 novembre 2017

    Depuis le 19 novembre 2017, date du premier tour de l’élection de présidentielle au Chili, les noms des principaux sondeurs du pays figurent en bonne place au palmarès mondial des fiascos de (...)

  • Changer d’opinion d’un tour à l’autre ?

    17 juin 2017

    Et si les électeurs changeaient finalement d’avis s’interrogent quelques médias devant un sondage Elabe-BFM TV sur le second tour des élections législatives du 18 juin 2017.
    Selon ce sondage (publié le (...)

  • Bilan du 2e tour : « nous ne nous sommes pas trompés ! »

    9 mai 2017

    La victoire sans appel d’Emmanuel Macron face à Marine Le Pen ne pouvait pas laisser sans réaction les sondeurs. On le sait, ceux-ci n’aiment pas la critique scientifique, qu’ils préfèrent ignorer en (...)