observatoire des sondages

La double défaite des sondeurs américains

jeudi 17 novembre 2016

On connait la nature de leur première défaite : une erreur dans l’ordre d’arrivée. On n’imputera pas aux sondeurs l’entière responsabilité de cette bévue même si l’élection d’Hillary Clinton était pour eux certaine. Leur deuxième défaite est passée inaperçue. Elle repose sur leur recours massif comme conseillers en communication (activité très fréquente chez les sondeurs) pour organiser la campagne électorale de la candidate démocrate face à un concurrent aux méthodes moins rationnelles mais manifestement plus efficaces. Pour être plus précis c’est sur la foi de ces conseillers que la candidate convaincue de sa victoire n’a pas fait campagne dans les « Rustbelt States », en Français « ceinture de la rouille », Etats marqués par une forte désindustrialisation qui ont finalement donné la majorité à Donald Trump.

Lire aussi

  • Législatives 2022 : les sondeurs en service minimum

    11 juin 2022

    Après une campagne présidentielle de plus de six mois, conclue par la reconduction d’E. Macron, difficile pour la presse et les sondeurs notamment, de trouver le même attrait aux élections (...)