observatoire des sondages

La double défaite des sondeurs américains

jeudi 17 novembre 2016

On connait la nature de leur première défaite : une erreur dans l’ordre d’arrivée. On n’imputera pas aux sondeurs l’entière responsabilité de cette bévue même si l’élection d’Hillary Clinton était pour eux certaine. Leur deuxième défaite est passée inaperçue. Elle repose sur leur recours massif comme conseillers en communication (activité très fréquente chez les sondeurs) pour organiser la campagne électorale de la candidate démocrate face à un concurrent aux méthodes moins rationnelles mais manifestement plus efficaces. Pour être plus précis c’est sur la foi de ces conseillers que la candidate convaincue de sa victoire n’a pas fait campagne dans les « Rustbelt States », en Français « ceinture de la rouille », Etats marqués par une forte désindustrialisation qui ont finalement donné la majorité à Donald Trump.

Lire aussi

  • Fraudes sondagières : à quoi « jouent » les sondeurs ?

    22 juin 2024

    A une semaine du premier tour des législatives, certains sondeurs ont fait l’effort de respecter quelques exigences statistiques (la taille des échantillons de sondés qui ont réellement exprimé une (...)

  • « Et le gagnant est... »

    9 juin 2024

    Rituel incontournable de toute campagne électorale, le débat télévisé est censé permettre aux candidats qui y participent d’exposer les raisons de leurs candidatures. On lui prête également d’autres (...)

  • « Aucune valeur scientifique », les remords du Monde

    6 mars 2024

    Il n’a fallu que vingt-quatre heures au Monde et à son correspondant à Washington pour revenir lors d’un « tchat » avec les lecteurs sur la sentence n’accordant aucune valeur scientifique aux sondages (...)