observatoire des sondages

48 heures sans sondages

vendredi 21 mars 2014

L’interdiction de la publication de sondages qui entre en vigueur ce samedi 22 mars 2014 va stopper pour 48 heures la frénésie sondagière. Pas moins de 23 sondages en 4 jours à l’actif des 5 principaux sondeurs français (CSA, IFOP, TNS Sofres, BVA, IPSOS), chiffre auquel il convient d’ajouter les sondages confidentiels. Les biais qui entachaient jusqu’à présent l’ensemble de la production sondagière publiée sont quant à eux toujours bien présents :

- Extrême faiblesse des échantillons (entre 50 et 600)
- Absence d’abstention (Ifop et TNS Sofres)
- Absence de refus de révéler une intention de vote (Ifop)
- Intentions de vote soutirées à des sondés ayant déclaré qu’ils n’iraient a priori pas voter, ou qu’ils n’étaient pas sûrs d’aller voter
- Scrutin imaginaire dans le cas de Paris et Marseille (Ifop, CSA, BVA) où l’élection du maire n’a pas lieu au suffrage universel.
- Commentaires prophétiques annonçant la victoire ou la défaite d’un ou d’une candidate au mépris des « marges d’incertitudes ».

La comparaison entre ces chiffres d’intentions de votes et les résultats effectifs s’annonce d’ores et déjà « passionnante ».

Lire aussi

  • Omniprésence médiatique

    31 mars 2014

    Qui s’est étonné de voir les sondeurs aussi présents sur les plateaux de télévision, de radio et dans les colonnes lors des élections municipales de 2014 ? Depuis fort longtemps, ce ne sont plus les (...)

  • Pourquoi les sondages se sont-ils trompés ?

    25 mars 2014

    Il a bien fallu se rendre à l’évidence au soir des élections du premier tour des municipales : il y avait des surprises. Il fallait donc que les sondages se soient trompés. Là encore, ils servent la (...)

  • Marseille : un sondeur saisi par le doute

    11 mars 2014

    Les sondages d’intentions de vote sont censés gagner en plausibilité au fur et à mesure que la date de leur réalisation se rapproche de celle du scrutin. A Marseille, par exemple, le maire sortant (...)