observatoire des sondages

Campagne et pollution : le « petit jeu » des hypothèses impossibles

lundi 10 avril 2017

A peine la campagne électorale officielle est-elle ouverte qu’une nouvelle rumeur, colportée par Kantar-Sofres, Onepoint (une société de conseils), LCI, Le Figaro et RTL, vient enrichir le bruit médiatique de la présidentielle : celle de la victoire de Jean-Luc Mélenchon sur Marine Le Pen au soir du deuxième tour du scrutin, 57% contre 43% (9 avril 2017). A l’évidence une fausse information puisque le candidat de « La France insoumise » est selon le sondeur lui-même éliminé dès le premier tour (18%). Nettement devancé donc par Marine Le Pen et Emmanuel Macron crédités tous les deux de 24% d’intentions de vote. Même la marge d’erreur indiquée par le sondeur ne permet aucunement d’envisager sa qualification (2.6%).

Il faut croire que les hypothèses fictionnelles opposant un candidat dûment qualifié à un autre dûment disqualifié amusent beaucoup sondeurs et médias dans leurs conjectures et autres supputations politologiques puisque François Fillon, lui aussi éliminé dès le premier tour (17%), « partage » avec Jean-Luc Mélenchon son impossible victoire sur Marine Le Pen (55% contre 45%). Le sondeur ne s’arrête pas en si bon chemin puisqu’il oppose chacun des deux perdants du premier tour à l’autre gagnant (Emmanuel Macron). Les autres disqualifiés pourraient en prendre ombrage, et on est presque déçu par l’absence de duels de second tour entre tous les perdants.

Faut-il que le métier de sondeurs soit si ennuyeux pour qu’ils en viennent à inventer des confrontations en contradiction avec leur « scénario principal » (ici le duel entre E. Macron et M. Le Pen au second tour). Car même à considérer les réponses de toute ou partie des sondés comme sincères il demeure difficile de qualifier les intentions exprimées de sérieuses tant le degré de réalité des choix proposés demeure faible...y compris pour les sondés.

Il fut un temps, pas si lointain, où la commission des sondages dénonçait ce type de jeux (cf. Entre amis : la commission, les sondeurs...et Emmanuel Macron ; Fillon président ? L’hypothèse impossible). Car c’est un jeu on l’aura compris et rien d’autre. Faut-il interpréter son silence comme une approbation ? Qui ne dit mot consent dit-on. Alors quand il s’agit d’un organisme de contrôle... [1].


[1L’hypothèse d’une victoire de François Fillon figure dans les mesures quotidiennes des rolling polls de OpinionWay et de l’Ifop. On appréciera à ce propos le sens des scrupules de ce dernier qui envoie des notices détaillées tronquées (sans l’hypothèse Fillon) à la commission des sondages - le rolling poll sur le site de l’Ifop http://bit.ly/2lwkQG3 ; et sur le site de la commission http://bit.ly/2oRTBM5, cf. page 9.

Lire aussi

  • Bilan du 2e tour : « nous ne nous sommes pas trompés ! »

    9 mai 2017

    La victoire sans appel d’Emmanuel Macron face à Marine Le Pen ne pouvait pas laisser sans réaction les sondeurs. On le sait, ceux-ci n’aiment pas la critique scientifique, qu’ils préfèrent ignorer en (...)

  • Le « Poll Telling » ou le sondage comme récit

    3 mars 2017

    En quelques jours les sondages ont réussi à enrichir l’élection présidentielle d’un nouveau récit, après plusieurs coups de théâtre (en 3 actes) comme eux seuls savent les mettre en scène : l’entrée en (...)

  • En attendant les fiches techniques (suite)

    27 novembre 2016

    On le sait, la commission des sondages n’est pas très soucieuse de faire respecter la loi.
    Dimanche 27 novembre 2016, 13 heures 16 minutes, c’est à dire 5 heures après le début du scrutin pour le (...)