observatoire des sondages

Qu’est-ce que se tromper ?

jeudi 30 mars 2017

Une page fort austère donne au Monde des allures de publication scientifique. Pas moins de neuf courbes d’intentions de vote pour autant d’élections présidentielles de la Cinquième République sont présentées avec un titre explicite : « Présidentielle : les sondages à l’épreuve des résultats », et un sous-titre qui l’est encore plus, « Depuis 1965, les intentions de vote au premier tour reflètent globalement les scores finaux des candidats » (Le Monde 30 mars 2017).

Manière de dire que les sondages publiés dans Le Monde lors de cette campagne sont sérieux. Manière de réfuter aussi les critiques qui ne manquent pas d’affluer à la rédaction sur l’appétence pour ne pas dire l’addiction qui caractérise le service politique du quotidien. Un plaidoyer pro domo en même temps qu’une page publicitaire pour les sondeurs. Leurs performances récentes n’ont pas été si bonnes que le soupçon ne s’immisce dans la campagne française.

JPEG - 95.9 ko
JPEG - 115.3 ko

Mais les courbes sont-elles si probantes ? Certes le commentateur Patrick Roger concède deux exceptions - sur neuf ce n’est pas rien - en l’occurrence 1995 et 2002, « deux scrutins qui ont contredit les sondages » indique un intertitre. On comprend, mais ce n’est significativement pas écrit, que l’erreur est définie par un ordre d’arrivée différent un mois auparavant de l’ordre d’arrivée « réel », constitué par le résultat de l’élection. C’est une définition très laxiste de la justesse. Surtout pour le scrutin le plus facilement accessible aux comptes des sondeurs. Car sont-ils si justes ces pourcentages de 1965 qui « donnaient » 61 % d’intentions de vote à Charles de Gaulle alors qu’il allait obtenir seulement 44, 65 % des suffrages, 25 % à François Mitterrand qui allait en obtenir 31,72, ou 7 % à Jean Lecanuet qui allait obtenir 15,57 % des suffrages. Encore quelques exemples avec Alain Poher en 1969 qui crédité de 35 % un mois avant se retrouvait avec un score de 23,31 %, ou encore avec Jacques Chaban Delmas parti un mois avant avec 27,5 % et « arrivé » avec 15,11 %. Des broutilles sans doute.

D’où viennent ces intentions de vote. De moyennes de sondages depuis 1974. Curieuse opération statistique où il suffit donc de brasser les sondages pour avoir des résultats plus justes. Même s’ils sont individuellement loin du résultat la vérité serait dans la synthèse. Une opération qui annonce les « big data » : il faut mélanger. Si on était aussi étranger qu’un Persan ou un Huron, on demanderait à quoi servent ces opérations coûteuses pour savoir un résultat un mois à l’avance - quelle impatience ! - enfin s’il n’y a pas d’erreur et si cela n’aide pas à en commettre.

Lire aussi

  • Fillon ou anticipons l’opinion

    6 février 2017

    On devait s’y attendre. Ils l’ont fait. La contre-attaque de François Fillon devait forcément être accompagnée d’un sondage d’opinion attestant l’inflexion de l’opinion publique.
    Il n’a même pas fallu (...)

  • Fluidité, volatilité, à quoi ça sert ?

    4 février 2017

    Pour rendre compte des variations de leurs résultats et de leurs erreurs, les sondeurs n’ont plus assez de mots, volatilité, fluidité...
    Ils peuvent tenir en public des propos tels que ceux-ci : "On (...)

  • Primaire de la gauche : les sondeurs bien inspirés ?

    26 janvier 2017

    La primaire de la gauche a été délaissée par les sondeurs. Seuls BVA et OpinionWay se sont aventurés à publier une « enquête » d’intentions de vote 4 jours avant le 1er tour de scrutin (BVA-Salesforce pour (...)