observatoire des sondages

Ball-trap sondagier : les européennes de 2024 prises à leur tour pour cible

vendredi 19 mai 2023

Développement du langage ou apprentissage de la lecture, les vertus pédagogiques des chants, contes et comptines pour enfants sont bien connues. Comme nombre d’aspects de l’éducation ou plus généralement de la connaissance, leur répétition n’est pas non plus sans vertu. c’est même, dit-on, la base de la pédagogie. Malgré quelques ressemblances rien de tel toutefois dans les annonces à longueur de temps de victoires ou de défaites fictives colportées par des sondages de pseudo intentions de vote, produits de simulacres électoraux auxquels des sondés acceptent, mais jamais sans contrepartie (fût-elle maigre), de se prêter. Après la présidentielle de 2022, les municipales de 2026 ou la présidentielle de 2027 [1], les européennes de 2024 étaient donc des victimes toutes désignées d’une nouvelle salve des sondeurs et de la presse. On retrouve sans surprise parmi les premiers tireurs le « couple infernal » Jdd/Ifop, suivi de près par les écologistes de EELV associés pour l’occasion à Harris Interactive qui n’en demandait pas tant [2].

"Un an avant une présidentielle, les sondages sont souvent loin du compte" titrait Le Monde un an avant celle de 2022 [3]. Encore était-il bien "généreux". Sans doute fallait-il ménager le « sondeur maison », Ipsos, et laisser quelque marge éditoriale aux journalistes doxosophes qui monopolisent depuis (trop) longtemps le service politique intérieure. Ils n’ont donc guère apprécié l’enquête critique publiée six mois plus tard [4]. Et plus récemment celle relative à "L’addiction des politiques aux sondages confidentiels" [5]. L’addiction aux sondages publiés est tout autant avérée.

Au Jdd, pas "d’état d’âme", s’il a changé de propriétaire et vu sa rédaction "quelque peu" modifier [6], les latitudes du journal dans ce domaine sont toujours aussi conséquentes. Un an, deux ans, quatre ans...le temps entre les élections ne compte pas. Après avoir annoncé de nouveaux scores au premier tour de la présidentielle de... 2022 [7], la qualification de M. Le Pen et de l’ancien Premier ministre E. Philippe au second tour de la présidentielle de 2027 [8], le quotidien et son compère l’Ifop pensaient-ils passer pour des idiots s’ils ne s’attaquaient pas également à une élection lointaine mais plus "proche" ? Le narcissisme des professionnels de la doxosophie semble peu compatible avec cette hypothèse (Cf. Comment s’habille la jeunesse ? (version Ifop). Quoi qu’il en soit une telle retenue (maitrise ?) aurait été inhabituelle pour cet important cluster d’artefacts sondagiers. Le RN dépeint en mai 2023 en vainqueur des européennes de 2024 n’est donc pas une surprise éditoriale [9]. "Juste" une aberration. Une "vue de l’esprit", le leur on l’aura compris, qui n’a bien sûr rien en commun avec celui de G. Bachelard (Cf. Piqure de rappel de Gaston Bachelard).

Même les promesses de suffrages faites aux partis de gauche (PS, PC, LFI, EELV), si l’on consent un instant à ne pas trop s’interroger sur leurs chiffrages, n’apportent aucun "enseignement" pour reprendre un mot fétiche des sondeurs et de leurs suppléants pour faire illusion. En cas de liste unique le total serait sensiblement moins important que si chaque parti présentait la sienne, et F. Dabi d’en conclure : "dans une partie certes minoritaire, mais non négligeable, du peuple de gauche, il y a un rejet de la liste unique et de l’hégémonie de LFI [10]. Nul besoin d’être un consommateur compulsif d’infotaintement politique, ni un observateur éclairé de la vie publique pour avoir connaissance des profondes divergences tant idéologiques que stratégiques qui traversent depuis longtemps, bien avant la présidentielle de 2022, les composantes de la gauche, a fortiori de la Nupes. Énième illustration du "double travail" des doxosophes : producteur d’affabulations et enfonceur de portes, ouvertes bien sûr.

Si la misère scientifique et plus généralement intellectuelle de tous les partis ne date pas d’hier et ne procède pas de l’avènement de l’industrie de l’opinion, les effets narcotiques de ses produits appauvrissent la vie politique et publique à un niveau de médiocrité critique. Les réactions des dirigeants, des militants ou de sympathisants, certes souvent les plus motivés ou "croyants" fournissent des indices significatifs de ce processus de dégradation voire de déprédation. A l’image de l’allégresse, certes opportune et passagère, des dirigeants de LFI à la publication d’un sondage du sondeur Cluster17. On se console comme on peut de son impuissance politique ou de la dérive autoritaire d’E. Macron. Celui de l’Ifop et du JDD est pris lui encore au sérieux. A l’extrême droite le temps de la suspicion politique de l’ex FN est de l’histoire ancienne, le RN fait comme tous les autres, quand les sondages lui plaisent il les applaudit. La "réponse" des Verts est aussi un grand classique, un contre-sondage tout aussi biaisé. La qualité de la mesure est secondaire, c’est l’usage qui en est fait qui compte, le sondage est une arme, rappelait en substance l’ancien directeur de campagne d’A. Montebourg à la présidentielle de 2017 [11]. EELV le sait, le RN, LFI, Le PS, tous les professionnels de la politique le savent même si peu le disent explicitement. En titrant "ce sondage sur les européennes 2024 commandé par EELV ne va rien arranger au débat de la Nupes" Le huffingtonpost, principal diffuseur des QCM de Yougov en France ne s’y est pas trompé. Faut-il en craindre qu’il en soit ainsi pendant un an minimum ?

JPEG - 85.2 ko
JPEG - 84.1 ko
JPEG - 71.7 ko
JPEG - 80 ko

Les sondeurs sont donc des marchands d’armes. On nous objectera que les sondages ne tuent personne. Les sondages rendent-ils plus fortes les démocraties (qui n’en n’ont pas le monopole) comme le répète à l’envi ceux qui en vivent ? La réponse est dans la question : non.

Au vu des dégâts on peut espérer que dans les missions pédagogiques dans le cadre de « l’éducation aux médias » des écoliers et lycéens que revendiquent singulièrement les professionnels de l’information ne figure aucun apôtre du journalisme politologique.


[2Cf. Huffingtonpost, 13 mai, 2023. franceinfo, AFP, 15 mai 2023.

[320 mai 2021.

[4Cf. « Dans la fabrique opaque des sondages », Le Monde 4 novembre 2021.

[5Le Monde, 23 mars 2023.

[6Il appartient maintenant au groupe Bolloré.

[85 avril 2023.

[9cf. "Sondage. Européennes : le RN confirme sa première place, unie la gauche arrive ex aequo", Jdd, 13 mai 2023.

[10DG de l’Ifop, Jdd, Ibid.

[11Ancien responsable opinion du PS, cf. Commission des sondages-Université Paris V, Sondages et débat électoral, Conseil d’Etat, 19 octobre. 2018.

Lire aussi

  • Fraudes sondagières : à quoi « jouent » les sondeurs ?

    22 juin 2024

    A une semaine du premier tour des législatives, certains sondeurs ont fait l’effort de respecter quelques exigences statistiques (la taille des échantillons de sondés qui ont réellement exprimé une (...)

  • Elections sans sondages

    19 juin 2024

    Les conditions des élections législatives des 30 juin et 7 juillet 2024 ont confronté les médias à la difficulté de prédire. Ces scrutins sont toujours difficiles à évaluer par sondages car ils sont (...)

  • Le retour du système Buisson

    16 juin 2024

    Le JDD du 16 juin 2024 a ramené un parfum connu avec la parution d’un sondage maison. L’hebdomadaire publie régulièrement des sondages que l’Observatoire a souvent critiqué. En période électorale, il (...)